john

LES PHOTOS DE JOHN ET SANDRINE

john sandrine poster

john

Ça n’a jamais été mon intention d’avoir des enfants. Le monde était déjà surpeuplé! Mais lorsque notre première fille est née en 1997, j'étais déterminé d’être impliqué et de jouer un rôle actif dans sa vie et de ne pas être un père absent comme tant de personnes que je connaissais. Déménager de Londres en Cornouailles dans le sud-ouest de l'Angleterre était la première étape vers cet objectif. Mais le coût de la vie en Cornouailles étant encore trop élevé, Sandrine et moi avons décidé de déménager en France où vous pouviez obtenir ‘more bricks for your bucks’ (’plus de briques pour vos dollars’)! Nous étions maintenant 4 dans la famille - bientôt 5 - donc c'était une considération assez importante. Mais ce n'était pas la seule raison pour venir vivre en France – ou en Ariège.

Comme pour beaucoup, s'installer ici était un peu le hasard. Avant de venir, nous avions déjà communiqué via internet avec quelques habitants de la région et le retour était plutôt positif. Une fois sur place, notre ressenti s’est confirmé, puis nous avons trouvé une maison à acheter. Après avoir surmonté les défis liés à la rénovation pour rendre la maison habitable, nous avons pu commencer à apprécier les bienfaits que l’Ariège avait à nous offrir: un environnement sécurisé et sain pour faire grandir nos filles, la compagnie variée des habitants locaux – pour la plupart «étrangers» à l’Ariège, et qui nous ont vraiment bien accueillis, une meilleure qualité de vie (et un meilleur climat!), et du temps nécessaire à chacun pour découvrir et commencer à suivre nos propres chemins de développement.

Mais il y a des défis considérables pour vivre dans un lieu si reculé: une nécessité d’autosubsistance considérable – comme assumer le rôle de ‘chauffeur de taxi non rémunéré’, trouver des moyens de gagner sa vie (pour ne citer que quelques exemples !). Certes, la beauté naturelle extraordinaire de l'endroit où nous vivons contribue financièrement - nous avons maintenant 2 gîtes - mais cela ne suffit pas. Alors Sandrine et moi avons aussi commencé le processus lent et aléatoire de réaliser d'autres activités professionnelles. Dans cette partie de l'Ariège, on ‘invente’ son travail plus qu’on ne le ‘trouve’! Dans mon cas, j'ai dû commencer à voyager ailleurs en tant que ‘formateur’ à temps partiel, au début dans d'autres endroits d’Ariège, puis dans toute la France - un peu comme sur les traces de ces habitants d’Ariège du 18ème et 19ème siècle qui sillonnaient l’Europe en tant que colporteurs afin de compléter leurs autres sources de revenus.

Voyager - et enseigner - m'a aussi permis d'aborder un autre de mes défis: être un ‘non-français’ vivant et travaillant en France. Mes expériences m’ont fournis de nombreuses anecdotes à raconter lors de mes séances de formation en communication interculturelle (comment travailler avec les étrangers ou, comment vivre dans un ‘pays étranger’). Aussi, l’inconvénient de travailler ailleurs et d’être si occupé à la maison a eu pour conséquence de me couper un peu de la vie locale, et mes liens ici ne sont pas aussi développés qu'ils pourraient l'être.

Dix-huit ans se sont écoulés maintenant, et Sandrine et moi avons la satisfaction de réaliser à quel point élever une famille en Ariège a fourni à nos filles des racines et des ailes très particulières pour les préparer à leur vie future. Mais 18 ans m'ont également fait comprendre que de vieillir pose d'autres défis. Je ne peux plus passer des jours entiers dans la forêt à faire du bois de chauffage pour l’hiver ou à débroussailler. C'est un environnement plus adapté à une jeune personne, et l’âge se fait ressentir! De plus, ce n’est plus comme avant où j’éprouvais beaucoup de satisfaction à apprendre les compétences nécessaires pour obtenir une plus grande autonomie et vivre une existence plus écologiquement durable. Bien que ce soit toujours important pour moi, et j'admire beaucoup les gens qui sont capables de bien le faire, je veux maintenant aussi faire d'autres choses…

Le temps est venu où nos filles quittent la maison, et je suis maintenant confronté au défi de devoir me réinventer une fois de plus. Est-ce que je serai toujours ici dans 10 ou 15 ans? C'est difficile à dire. Seul le passage du temps, et un environnement unique à l'Ariège, peuvent déterminer ce qui va se passer…


MAGALI ET OLIVIER >>

Contact

Sandrine ROUSSEAU
sandrine.rousseau14@orange.fr

TEL : 00 33 (0)6 32 60 30 42

www.sandrinerousseau.com

Site design : Kim Chevalier

La suite...

Un livre
Idées d’édition bienvenues!

Pour ceux qui seraient intéressés par une publication, merci d’envoyer vos co-ordonnées mail à sandrine.rousseau14@orange.fr.

Exposition à Massat

poster